HYPNOSE MÉDICALE
 
Définition :
L’hypnose  médicale a pour but  d’utiliser  les  capacités  et  les  résistances  de la personne afin qu’elle trouve ses propres solutions en elle-même.
Les protocoles appliqués par le praticien font l'objet d'un discours particulier visant à "recadrer" les processus inconscients qui se sont formés au cours de notre vie pour nous protéger mais qui, par répétition excessive ou inappropriée, peuvent induire une "mal a dit". 
L'hypnose est un état naturel, dissocié, permettant aux couches inconscientes de l'esprit de dialoguer avec le corps. C'est un moyen très puissant. Dans nos sociétés "rationalistes", le langage utilisé fait peu de place au monde particulier de l'Inconscient. C'est pourquoi certains esprits chagrins ont comparé l'hypnose à des séances de sorcellerie moderne. En fait, elles peuvent parfois en avoir l'apparence, le praticien s'efforçant de parler le langage de l'inconscient.... Le cerveau droit (celui de l'intuition et de l'imaginaire) a ses raisons que le cerveau gauche peut ne pas comprendre. 
Les résultats sont variables suivants que les problèmes physiologiques / psychologiques sont déjà bien ancrés ou pas et peuvent aller d’une diminution du symptôme à une guérison très rapide et complète !
Tout dépend de la personne, de la pathologie à traiter et des mécanismes inconscients sous-jacents à ce trouble.

Les domaines d'application sont nombreux : 
- L’accompagnement au sevrage tabagique a un fort taux de réussite.
- Le soutien à la modification du comportement alimentaire.
- Lutte contre la douleur : elle ne remplace pas l’anesthésie, mais peut la compléter et permettre de diminuer les doses de médicaments. Elle est aussi de plus en plus utilisée en chirurgie dentaire.
- Les troubles psychologiques : stress, phobies, névroses, anxiété, mais aussi impuissance, frigidité, problèmes de trac, de mémoire, etc.
- Les troubles digestifs : ulcères, colites ou diarrhées dus au stress.
- Les maladies psychosomatiques : maladies de la peau (eczéma, psoriasis, etc.), spasmophilie, rhinites à répétition, troubles de la voix et du chant, asthme.
Ça ne marche pas pour…
La plupart des troubles psychiatriques graves, comme les dépressions aiguës, la schizophrénie.
- Le sevrage des drogues dures.
- Les maladies chroniques graves, telles que le cancer.
Historique
L'hypnose dont on ne comprend toujours pas le mode d'action exact, varie dans ses méthodes d'induction d'une époque à l'autre. Au 19ème siècle et au début du 20ème Messmer, Charcot, Bernheim , obtenaient la transe hypnotique par des moyens relativement autoritaires.
L'induction était faite sous forme d'ordres et de passes "magnétiques", faisant apparaître l'hypnotiseur comme un magicien aux pouvoirs supra humains. A l'époque, ce système apparaissait cohérent compte tenu de l'aspect hiérarchique des rapports sociaux. Les médecins eux même n'échappaient pas à ce travers se faisant respecter par leurs patients au moyen d'un vocabulaire incompréhensible du profane et d'une attitude bienveillante mais très hiérarchisée. L'hypnose étant un état induit par la dissociation, tous les moyens étaient employés :
De l'ordre bref "Dormez" au basculement arrière et au confusionnisme agressif. Tout était bon afin d'obtenir la transe ! 
L'hypnose médicale, "revisitée" par Erickson, n'a plus grand chose à voir avec cette hypnose archaïque dont Freud rejette l'utilisation.
Pour Milton Erickson, médecin psychiatre qui introduit l’hypnose «médicale», l'hypnose est un état naturel : nous sommes plusieurs fois par jour intériorisés dans un état dans lequel nous ne percevons plus ce qui nous entoure (rêveries, conduite automobile automatique", fascination des écrans, etc.) Il suffit, dit Erickson, de guider le patient vers cet état naturel qu'il retrouve quasi automatiquement et la transe s'établit.
C'est ainsi que pour le psychiatre américain, l'hypnotiseur est un «guide prêtant sa voix au sujet qui procède à sa propre hypnose» et non pas un intervenant coercitif. (Toute hypnose est auto hypnose).

Une séance :
Après relaxation, est induit par la voix, une descente agréable et profonde vers un état de calme et de bien-être qui permet d'ouvrir les portes de l'Inconscient.
Puis, la transe obtenue est approfondie par différents protocoles selon la nature du trouble à corriger. Les protocoles sont toujours d'une grande précision car l'Inconscient étant littéral, chaque mot a son importance. Ils doivent de plus respecter l'écologie du sujet. 
Les séances durent généralement trois quart d’heure à une heure. 
Aucune fatigue n'est ressentie par le patient qui, dans l'état agréable ou il se trouve, reste parfaitement conscient de ce qui se joue en lui et même autour de lui.

Le Praticien
Nous ne saurions trop conseiller la prudence... Demandez à l'hypnothérapeute ses diplômes, car il doit pouvoir bien manier les techniques et protocoles d'induction et posséder un minimum de connaissance en psychologie. Le titre de Psychologue permet au praticien d'utiliser la dénomination de psychologue mais le bagage universitaire n’est pas garant de l'habilité de «l'hypnotiste ». Par contre, celui-ci doit avoir reçu une formation sérieuse dans une institution reconnue soit en France soit à l'étranger (Institut Milton Erickson, Hypnosium,... ).
L'hypnose ayant été mise en exergue par les médias depuis peu, le sujet est à la mode et attire de plus en plus de "vocations floues" et de personnes qui considèrent qu'une formation d'un week-end suffit. Le plus étonnant est que ces même thérapeutes peuvent obtenir des résultats, compte tenu du fait que c'est le sujet qui se met en hypnose lui même, de toute manière.
Par contre, le choix du protocole thérapeutique est très important et relève de la compétence du praticien. Importants, également, les mots échangés entre le sujet et le thérapeute, en début et en fin de séance, qui vont "ancrer" tout le bienfait du traitement.
La pratique de l'hypnose requiert de la part du praticien un réel "amour" pour ses patients et un total respect de la personne. Gestes déplacés, manque d'assurance dans le débit vocal, références à un spiritualisme "de bazar"... Fuyez et ne revenez plus !
Par contre, le bon thérapeute trouvé, les progrès, de séance en séance, peuvent être spectaculaires et souvent une seule séance suffit, dans le cas d'un symptôme aisé à corriger !
Puissante psychothérapie, l'hypnose d'inspiration médicale peut soulager nombre de maux de l'âme et quelques uns du corps. Longtemps reléguée au rayon ésotérique et paranormal, l'hypnose regagne aujourd'hui sa place au sein du monde médical et psychiatrique.

Pour en savoir plus sur l’Hypnose                                                                                       Accueilhttp://hypnosium.com/hypnosium,fr,12,hypnose-medicale,l-hypnose-medicale,1.htmlhttp://hypnosium.com/hypnosium,fr,12,hypnose-medicale,l-hypnose-medicale,1.htmlAccueil.htmlshapeimage_3_link_0shapeimage_3_link_1shapeimage_3_link_2